Légionelles

Que sont les légionelles ?

Les légionelles sont des bactéries liées à l'eau. Les légionelles se trouvent dans chaud et stagnant L'eau, par exemple dans les conduites d'eau chaude, les climatiseurs, les bains thermaux, les fontaines, les douches, les spas ou même les réservoirs de chasse d'eau des toilettes, offre des conditions de vie idéales. Une multiplication maximale a lieu à 25°C - 30°C. Dans l'eau froide (<20°C), les légionelles sont capables de survivre, mais pas de se reproduire. À partir d'une température de 60°C, les légionelles meurent en quelques minutes.

Qu'est-ce que la légionellose ?

Les légionelles sont présentes partout dans notre eau potable. Leur ingestion par voie orale, par exemple en buvant, est totalement inoffensive. Les légionelles deviennent potentiellement dangereuses lorsqu'elles sont inhalées. Elles se propagent alors dans les poumons et attaquent les globules blancs. Il en résulte une infection pulmonaire grave, qui est mortelle dans 15-20% des cas.

Les groupes à risque sont les adultes d'âge avancé et les personnes souffrant de maladies respiratoires ou d'immunodéficience, mais aussi les fumeurs.

Mesures à prendre en cas de légionellose ?

  • Désinfection chimique : ajout continu de chlore (≥10 mg/l) pendant 8 heures. -
  • Désinfection thermique : Mise en contact de chaque point de prélèvement avec une température d'au moins 70°C pendant au moins 3 minutes lorsque la sortie est ouverte.

Effet à court terme seulement
Les canalisations sont à nouveau contaminées au bout de trois à quatre semaines seulement. L'intérieur des canalisations est recouvert d'un biofilm : une matrice visqueuse dans laquelle les bactéries s'installent, se nourrissent et se reproduisent. Celle-ci constitue une protection pour elles et augmente leur résistance aux variations de température (désinfection thermique) et aux biocides (désinfection chimique). Pendant ces mesures, les bactéries s'habituent peu à peu à ce traitement et développent ainsi leur résistance. De plus, il existe un risque que des agrégats de biofilm se détachent, se répandent dans l'installation d'eau potable et se rapprochent des points de prélèvement et donc du consommateur final.

Effets désastreux sur les installations d'eau potable et les canalisations d'eaux usées
Elles ne sont pas nécessairement adaptées à des températures supérieures à 60°C ou à de grandes quantités de chlore. Ces mesures peuvent détruire les systèmes de tuyauterie ou les faire vieillir prématurément.

Risque accru pour les utilisateurs
Pendant les mesures, les risques pour les utilisateurs sont élevés : - brûlures au 3e degré en cas de désinfection thermique. - Intoxication en cas de traitement au chlore.

Des mesures délicates et coûteuses
Les mesures susmentionnées doivent être appliquées à tous les points de l'installation d'eau potable conformément aux prescriptions (dépôts, sections de conduites inutilisées, pertes de chaleur, etc.) Pour cela, l'installation doit être hors service et les mesures doivent être effectuées par un personnel d'entretien compétent.

Pour éviter ces mesures, il est nécessaire d'agir à 4 niveaux :

  • Éviter les sections de conduites inutilisées et la stagnation de l'eau.
  • Un entretien régulier pour prévenir la corrosion et l'entartrage.
  • Augmentation de la température de l'eau dans les canalisations afin d'empêcher la formation de bactéries.
  • Maintenir la température dans l'installation grâce à des conduites de circulation et à un mélange aussi près que possible du point de prélèvement.

A long terme, une lutte efficace passe par des mesures préventives continues sont possibles.

  • Réduction de la quantité d'eau stagnante (par ex. aussi dans les électrovannes)
  • utilisation de robinets appropriés
  • Mesures de réduction du biofilm

Source : Delabie 2017